Les Cris lancent une campagne de protection de la rivière Broadback

NEMASKA, EEYOU ISTCHEE, QC, le 10 avril 2013 /CNW/ - Plus tôt aujourd'hui, des représentants du Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee)/Administration régionale crie (GCCEI/ARC) ont dévoilé le Plan de conservation du bassin versant Broadback et ont invité le gouvernement Marois à donner son appui à leur initiative audacieuse. Le Grand Chef Matthew Coon Come a déclaré :

« Il y a quarante ans, le gouvernement du Québec faisait savoir que la rivière Broadback serait l'objet de destruction en raison d'un projet d'aménagement hydroélectrique. Aujourd'hui, les Cris font savoir que la rivière sera l'objet de protection. »

Bien que la rivière Broadback ait échappé à son destin dans le cadre du complexe hydroélectrique Nottaway-Broadback-Rupert à la suite de la signature de la Paix des Braves en 2002, elle n'a pas été épargnée des autres formes d'exploitation, telle l'exploitation minière et forestière. Depuis les 40 dernières années, les activités de développement ont peu à peu empiété sur le périmètre du bassin versant Broadback de sorte que seules des parties de plus en plus réduites du bassin versant demeurent des forêts vierges non perturbées. Le Chef Paul Gull de la Nation crie de Waswanipi déclare à ce sujet :

« Sur le territoire traditionnel de Waswanipi, seules les zones autour du lac Evans et immédiatement au nord de la rivière Broadback n'ont pas de routes et ne sont pas affectées par la mise en valeur des ressources forestières. Quand ces zones n'existeront plus, il n'y aura plus d'endroit à Waswanipi où montrer à nos enfants ce qu'était la forêt quand nos aînés y vivaient. »

S'inspirant de la protection existante de la réserve faunique Assinica annoncée en 2011, le plan des Cris pour la conservation du bassin versant Broadback établirait une interconnectivité entre les aires protégées majeures le long du corridor de la rivière ainsi que des zones spéciales de conservation des ressources qui serviraient de zones tampons autour des aires protégées majeures. En créant ce plan de conservation, les Cris espèrent aussi protéger les troupeaux de caribous forestiers, en baisse, qui habitent le bassin versant. Selon les Cris, leur approche est la seule façon crédible qui permet aux gouvernements de respecter leurs obligations légales de protéger les hardes locales de caribous forestiers en péril, classées comme étant « non autosuffisantes » dans une récente étude commandée par le GCCEI/ARC et le ministère québécois des Ressources naturelles (http://chaireafd.uqat.ca/communique/nouvellesE.asp?Date=2012-10-22%2009:42:10).

Le GCCEI/ARC souligne que le Plan de conservation du bassin versant Broadback est le point de départ d'une plus grande stratégie de protection à long terme de l'Eeyou Istchee. Cette stratégie s'inspire des cibles de protection audacieuses énoncées dans le Plan Nord. Compte tenu de l'état ​​précaire du bassin versant Broadback et des propositions de protection locale communautaires préexistantes, le GCCEI/ARC a décidé de promouvoir ce plan à titre de premier projet de la Nation crie en matière de protection. Le Grand Chef a déclaré :

« Les Cris ont eu la chance de voir leurs efforts de conservation fortement appuyés dans le passé. Nous espérons que cet appui sera maintenu quant à nos efforts visant à protéger la rivière Broadback, et ce, au profit non seulement des Cris et des résidents de la Baie-James, mais de toutes les personnes qui connaissent l'importance de conserver les rares écosystèmes intacts. Nous savons que notre territoire subira des changements considérables dans les années à venir. C'est pourquoi nous devons agir maintenant pour nous assurer que ce changement comporte un équilibre durable. »

Pièce jointe: Communiqué de presse sur le Plan de conservation du bassin versant Broadback

Lien URL du PDF : http://stream1.newswire.ca/media/2013/04/10/20130410_C3976_DOC_FR_25382.pdf

SOURCE : Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee)

Renseignements :

Chantal Otter-Tétreault
Analyste en environnement
(514) 212-4086

Christopher Beck
Conseiller des aires protégées/foresterie
(514) 919-5484