Légère amélioration de l'accessibilité à la propriété au Canada pour un deuxième trimestre consécutif, selon le rapport de Recherche économique RBC

  • La faiblesse des taux d'intérêt favorise l'accessibilité à la propriété au Canada
  • L'accessibilité à la propriété s'est légèrement améliorée dans la plupart des grandes villes au dernier trimestre de 2012.

TORONTO, le 25 févr. 2013 /CNW/ - Pour un deuxième trimestre de suite, les coûts de propriété au Canada ont légèrement baissé au quatrième trimestre de 2012, selon le dernier rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété publié par Recherche économique RBC. Le rapport de RBC indique qu'un léger déclin des taux hypothécaires et des prix des maisons dans plusieurs marchés a suscité une amélioration générale de l'accessibilité à la propriété.

« Les taux d'intérêt exceptionnellement bas ces dernières années ont largement contribué à éviter que l'accessibilité à la propriété ne se détériore gravement, a déclaré Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef de RBC. La valeur des propriétés résidentielles au Canada étant élevée, seule la faiblesse record des taux hypothécaires permet à de nombreux ménages de devenir propriétaires. L'accessibilité serait beaucoup moins importante si les taux d'intérêt devaient enregistrer des hausses rapides et importantes. »

RBC prévoit que la Banque du Canada maintiendra son taux du financement à un jour à 1 % tout au long de 2013, avant de l'augmenter progressivement au début de 2014. Selon RBC, ces hausses modérées successives coïncideront toutefois avec un dynamisme accru de l'économie canadienne qui en compensera une partie des répercussions potentiellement négatives sur le marché du logement.

La mesure d'accessibilité à la propriété de RBC exprime la proportion du revenu avant impôts qu'un ménage doit consacrer aux coûts de possession d'une propriété appartenant à une catégorie précise, selon les valeurs actuelles du marché. Au cours du quatrième trimestre de 2012, les mesures nationales ont reculé dans les trois catégories de propriétés suivies (un recul correspond à une amélioration de l'accessibilité).

Les mesures de RBC pour les bungalows détachés et les appartements en copropriété ont toutes deux baissé de 0,2 point de pourcentage pour s'établir à 42,1 % et 28,0 %, respectivement, tandis que celle pour les maisons de deux étages a reculé de 0,3 point de pourcentage, à 47,8 %. Bien que ces mesures soient légèrement supérieures à leurs moyennes historiques, la très mauvaise accessibilité dans la région de Vancouver fait monter la moyenne nationale.

En dépit de l'équilibre entre l'offre et la demande dans la majorité des régions, le fléchissement de la demande depuis le milieu de 2012 a provoqué de modestes baisses mensuelles depuis l'été.

« Nous prévoyons que le marché du logement sera, dans l'ensemble, peu dynamique cette année, a indiqué M. Wright. Nous croyons néanmoins qu'un certain raffermissement est possible, au fur et à mesure que se dissiperont les effets négatifs de la nouvelle réglementation sur l'assurance prêt hypothécaire mise en place en juillet 2012. »

Dans les grandes villes canadiennes, la mesure d'accessibilité à la propriété de RBC pour le bungalow détaché, qui sert de référence, s'est établie aux niveaux suivants : Vancouver, 82,2 % (en baisse de 2,6 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent) ; Toronto, 52,8 % (en baisse de 0,4 point de pourcentage) ; Montréal, 39,3 % (en baisse de 0,9 point de pourcentage) ; Ottawa, 38,8 % (en baisse de 0,5 point de pourcentage) ; Calgary, 38,1 % (en hausse de 0,2 point de pourcentage) et Edmonton, 30,7 % (en baisse de 0,1 point de pourcentage).

La mesure d'accessibilité à la propriété, que RBC calcule depuis 1985, est fondée sur le montant qu'il en coûte pour posséder un bungalow individuel, la référence raisonnable pour le marché canadien de l'habitation, selon les valeurs du marché. D'autres catégories de propriétés sont aussi représentées dans la mesure, notamment la maison de deux étages et l'appartement en copropriété. Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher d'acquérir et de détenir une propriété, selon les valeurs du marché. Ainsi, une mesure d'accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d'un ménage type.

Faits saillants pour l'ensemble du Canada :

  • Colombie-Britannique : l'accessibilité à la propriété s'améliore, mais demeure médiocre

    Bien que l'accessibilité à la propriété en Colombie-Britannique soit encore très limitée, les acheteurs de la province ont profité d'un répit bienvenu au quatrième trimestre, les mesures de RBC pour les appartements en copropriété et pour les bungalows détachés chutant respectivement de 1,1 et de 1,0 point de pourcentage. La mesure pour les maisons de deux étages a légèrement augmenté (0,4 point de pourcentage), cette hausse faisant toutefois suite à un important recul au troisième trimestre.
  • Alberta : un marché dynamique soutenu par une attrayante accessibilité à la propriété

    En 2012, la forte demande dans la province a été soutenue par la solidité de l'économie albertaine, l'accélération de la croissance de la population et l'attrayante accessibilité à la propriété. L'amélioration s'est poursuivie au quatrième trimestre, avec un déclin de 0,1 à 0,2 point de pourcentage des mesures.
  • Saskatchewan : l'accessibilité à la propriété va à l'encontre de la tendance nationale

    Le resserrement du marché au début de 2012 a eu une incidence durable sur les prix des maisons en Saskatchewan, qui ont augmenté à l'un des rythmes les plus rapides observés au Canada. La hausse de la valeur des propriétés a entraîné une détérioration de l'accessibilité au quatrième trimestre, et les mesures ont enregistré un gain de 0,5 à 1,1 point de pourcentage.
  • Manitoba : le léger recul de l'accessibilité à la propriété n'a pas affecté la vigueur du marché

    L'année 2012 a été exceptionnelle pour le marché du logement manitobain, qui a enregistré des reventes record de 14 000 unités. L'accessibilité à la propriété a donc exercé peu d'effet dissuasif sur les acheteurs. Bien que les mesures pour les bungalows détachés et les appartements en copropriété se soient dégradées au quatrième trimestre, celle des maisons de deux étages est restée stable. Les mesures de RBC pour le Manitoba ne demeurant que légèrement supérieures à leur moyenne à long terme, il est probable que l'accessibilité à la propriété dans cette province subit peu de pressions à la baisse.
  • Ontario : la nette amélioration de l'accessibilité à la propriété assouplit le marché

    Alors qu'il était plutôt tendu au début de 2012, le marché du logement ontarien a retrouvé un meilleur équilibre au second semestre, ce qui a conduit à une amélioration des conditions générales d'accessibilité dans la province. Les mesures de RBC pour les bungalows détachés et les appartements en copropriété ont baissé respectivement de 0,1 et de 0,3 point de pourcentage, tandis que celle des maisons de deux étages a gagné 0,1 point de pourcentage.
  • Québec : la tendance générale à l'amélioration de l'accessibilité se maintient

    Au Québec, l'accessibilité à la propriété s'est généralement améliorée pendant les trois derniers mois de 2012. Il s'agissait d'une deuxième hausse trimestrielle de suite. Cependant, cette progression n'a guère stimulé la demande des acheteurs, puisque les reventes ont continué de reculer. Les mesures de RBC ont fléchi pour les maisons de deux étages (de 1,1 point de pourcentage) et les bungalows détachés (de 0,3 point de pourcentage), tandis que celle des appartements en copropriété a augmenté (de 0,4 point de pourcent age)
  • Provinces de l'Atlantique : le marché du logement demeure abordable

    L'accessibilité à la propriété dans la région de l'Atlantique a de nouveau gagné du terrain au quatrième trimestre. Les mesures de RBC ont décliné pour les maisons de deux étages (de 1,0 point de pourcentage) et les bungalows détachés (de 0,5 point de pourcentage), ce qui les maintient nettement en deçà des moyennes nationales. La mesure pour les appartements en copropriété accuse une faible hausse de 0,3 point de pourcentage, mais celle-ci fait suite à un recul plus important à la période précédente.

Le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété sera disponible dans son intégralité aujourd'hui à compter de 8 h (HE), à l'adresse rbc.com/economie/.

SOURCE : RBC (French)

Renseignements :

Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC, 416 974-7457
Robert Hogue, premier économiste, RBC, 416 974-6192
Raymond Chouinard, directeur général, Médias et relations publiques, 514 874-6556